GLOB
Montagne, Informatique & Pensées...

La dent du loup : Face Est

publié le 27/03/2014

!!! Attention, cet itinéraire n'est pas accessible les Mardi et Jeudi du fait des tirs de mines dans les carrières de Noyarey !!!

A la recherche d'un itinéraire de printemps avec un peu de dénivelé et beaucoup d'originalité ... Pas facile à trouver, les classiques ont déjà été pété et répété. Récent Nucerétain, je voyais depuis, la dent du Loup se profiler au loin. 

Pas de chemin, trace le tien

Au départ des carrières, l'arête Est est bien attirante, le départ semble très pentu mais après tout, on va vu pire. Ensuite le profil se calme et à partir du premier pylône, plus aucun soucis n'est visible sur la carte. Du sommet, nous avons prévu de passer par le plateau de Sornin puis de revenir sur Engins, Sassenage et enfin Noyarey.

Faire simple ou faire bien ?

Nous laissons ma fille chez la Nounou et miracle ! Le départ de la rando se trouve devant chez cette dernière, nous voila donc parti de grand matin pour les hauteurs. Celle-ci sont loin, nous sommes à 200 mètres d'altitude, et nous voulons rejoindre au moins la dent du Loup à 1400 mètres d'altitude.
La première partie est simple, montée de Noyarey jusqu'au lieu dit "Le cruy" juste au dessus des carrières. Là, le point de vue permet d'admirer les câbles électriques et l'attaque de la rando du jour. Nous décidons de faire simple et de prendre le vallon situé sous l'arête afin d'éviter les passages les plus aériens et de rejoindre l'arête dans un second temps.
Bien mal nous en a pris, le vallon est au départ tout à fait praticable mais se redresse progressivement et est vite à la fois pentu et patiné. L'ascension s'avérant difficile, nous décidons de remonter par une faille jusqu'à l'arête. La remontée s'effectue entre les arbres morts et ceux qui ne vont pas tarder à l'être mais finalement, nous rejoignons le faîte de l'arête sans trop d'encombre. La conclusion est sans appel, il faut prendre soit par le versant nord soit directement par l'arête en zigzaguant entre les falaises mais surtout : ne pas viser au plus facile !

Et pourtant c'est balisé


Une fois sur l'arête, nous sommes vers 750 mètres d'altitude, la montée est beaucoup plus simple, chaque barre rocheuse est évitable, par la droite ou la gauche. Surprise, l'itinéraire (on ne va quand même pas appeler ça un sentier) est balisé. Balisé mais pas très bien marqué... il y a bien quelques passages un peu pentus aux alentours de 1000 mètres d'altitude mais rien de bien gênant. La forêt n'est pas trop touffue et on trouve facilement son chemin (en restant au plus près de l'arête). Nous avons seulement croisé une laie et son marcassin : autant de peur pour eux que pour nous.

Un peu plus près de toi ... EDF


Entre 1000 et 1200 mètres d'altitude le rocher apparaît et la progression est plus erratique. On reste sur l'arête mais on mets un peu les mains et les arbres sont plus touffus et plus gênants. 
Vers 1250 mètres, on rejoint le premier pylône, peint en rouge et blanc... un vrai appel au rêve ! Pour qui a eu l'occasion de randonner sur les pentes Ouest au dessus de la vallée de l'Isère, c'est une vrai pub pour EDF et l'embellissement de la montagne.
Une fois le pylône passé, la progression se fait sans problème jusqu'au sommet.

Le retour


De la dent du Loup, sommet qui ne présente pas un grand intérêt avec encore des pylônes, on peut rejoindre le plateau de Sornin où nous avons pris un repos mérité. Nous avons pu observer l'état de nos jambes. La portion d'arête sous le premier pylône a laissé des traces.
Après un bon repas, nous sommes redescendu par le hameau de Sornin, puis le village d'Engins. Nous rejoingnons ensuite le sentier qui suit le cours du Furon pour rejoindre Sassenage. La suite ne présente pas un grand intérêt, moitié route moitié piste forestière pour rejoindre le dessus des carrières et enfin la voiture.

En conclusion

Un superbe itinéraire, peu voire pas fréquenté, la forêt est en assez bonne état et ne laisse pas trop de mauvais souvenirs. Les pylônes n'étant visibles que sur de cours passages, on garde une impression de nature. Le retour n'est pas des plus passionnants à partir d'Engins mais que ne ferais t'on pas pour avoir une boucle.
La prochaine fois, je prendrais l'arête dès le début voire même la face Nord au départ pour éviter les premières difficultés.
montagne découverte vercors hors-sentier

Pourquoi un blog ?

Il me fallait bien entrer dans la modernité, après tout, un développeur sans blog, c'est comme un trailer sans pipette ça fait pas sérieux.

Je ne suis pas sûr que ce blog fera sérieux mais, si lecteur il y a, ce sera à eux d'en décider.


Powered by Jalmot